Reprise d'entreprise

Limiter les risques

Une reprise d’entreprise présente l’avantage, par rapport à une création pure d’activité, de pouvoir s’appuyer sur une activité existante, qui a fait ses preuves. Il existe toutefois, comme toute activité entrepreneuriale, une zone de risque qu’il est possible de réduire avec différentes leviers.

Mots-clés :

Cibler un domaine que l’on connaît ou facilement appréhendable :

Au-delà de la légitimité auprès des salariés et des parties prenantes de l’entreprise qu’obtient un repreneur lorsqu’il maîtrise l’activité, cela permet de ne pas se retrouver dans une situation de dépendance vis-à-vis de quelques éléments clés de l’entreprise, position qui peut se révéler dangereuse en raison d’un rapport de force déséquilibré.

Etre accompagné par le cédant :

La transition entre le nouveau dirigeant et l’ancien est un moment clé pour la réussite du projet de reprise.

Pour le repreneur, l’objectif de cette transition est multiple :

  • Maîtriser l’ensemble du process de l’activité
  • Être présenté aux clients et fournisseurs et mieux appréhender les relations spécifiques avec eux
  • Connaître les spécificités opérationnelles de l’entreprise

Il est conseillé, en fonction de la typologie de l’activité, de prévoir une période de transition comprise entre 3 et 6 mois, avec des rôles et des objectifs définis dès le départ.

Impliquer les salariés existants :

Dans le cadre d’une reprise, il est important que les salariés clés, ceux qui maîtrisent le savoir-faire de l’entreprise, soit pérennisés : il en va du maintien de la valeur ajoutée de l’entreprise. Il est possible et même parfois recommandé dans certaines activités, de proposer aux salariés clés de l’entreprise de prendre part au projet de reprise.

Cela peut se traduire par la prise d’une position minoritaire dans le capital de l’entreprise ce qui apporte un double avantage :

  • Une inertie donnée aux salariés maîtrisant le savoir-faire ce qui pérennise l’activité
  • La mise en place dès le début d’une relation de confiance avec une plus grande légitimité pour le repreneur

Cibler un marché avec un potentiel de développement identifiable :

Un projet de reprise suppose généralement un engagement auprès des partenaires financiers sur 7 années, il paraîtrait ainsi risqué de se positionner sur un marché en déclin. Le potentiel de développement de l’entreprise cible doit être identifié par le repreneur : cela peut être la prospection de marchés non encore approchés (Il est toutefois nécessaire de bien comprendre pourquoi l’entreprise ne s’est pas positionnée, car des raisons parfois stratégiques l’expliquent) ou le développement d’une nouvelle offre que le repreneur, avec les actifs actuels de l’entreprise et/ou des investissements soutenables par la structure.